L'aéroport dresse un bilan matériel et humain de l'épisode neigeux


02.12.2010

Habitués à gérer des chutes de neiges régulières durant la période hivernale, les services de l’Aéroport International de Genève (AIG) ont dû faire face durant 36 heures à une situation exceptionnelle exigeant que la plate-forme soit fermée au trafic aérien du mardi 30 novembre à 21:00 au jeudi 2 décembre à 06:00.

Entourées de représentants des différents partenaires de la plate-forme (compagnies aériennes, compagnies d’assistance au sol, compagnie de restauration à bord, compagnies d’avitaillement, MétéoSuisse, Police de sûreté internationale, etc.), les autorités aéroportuaires se sont réunies mardi 30 novembre 2010 au sein d’un "comité neige" préventif, convoqué pour suivre l’évolution du préavis d’intempéries annoncé par la Confédération.

Au vu de l’état d’enneigement critique des installations, et compte tenu des prévisions météorologiques à court et moyen terme, il a été décidé de fermer la piste au trafic aérien à 21:30.

La neige n’ayant cessé de tomber tout au long des premières heures de déblaiement, les quantités à évacuer (près de 40 centimètres cumulés) ont atteint des sommets rares en des temps records, de sorte que la réouverture au trafic des aires de mouvement n’a pu avoir lieu que ce matin, jeudi 2 décembre 2010 à 06:00.

Côté piste (airside)

Au total, 60'000 mètres cubes de neige ont été enlevés sur la seule piste (qui mesure 3'900 mètres de long sur 50 mètres de large, soit presque 40 stades de football), tandis que les 260 hectares de tarmac ont été débarrassés de pas moins de 200'000 mètres cubes de neige.

Ces opérations de déneigement ont mobilisé différents personnels des divisions Sécurité, Opérations et Technique de l’AIG. Ces derniers ont engagé dans cette bataille des chasse-neige, des déglaceuses, des fraises à neige. Comme il est de coutume en cas de fortes précipitations neigeuses, ces collaborateurs ont reçu le renfort de chauffeurs privés qui ont mis à disposition des camions transporteurs, des chargeuses et des véhicules lourds avec des lames de poussée.

Au total, près de 80 véhicules ont pris part à ces opérations sans discontinuer, mobilisant une centaine d’hommes et de femmes.

Au total, 251 vols au départ ont été annulés sur cette période, ainsi que 254 vols à l’arrivée.

Côté ville (landside)

Plusieurs centaines de personnes ont subi les désagréments de ces annulations. Une partie d’entre elles, parmi lesquels des passagers débarqués d’avions prêts à décoller, se sont retrouvés mardi soir dans l’aérogare alors qu’aucun bus, aucun train et aucun taxi ne desservaient plus l’aéroport.

Par ailleurs, plus aucune chambre d’hôtel n’était disponible en ville et dans les environs.
Confrontées à une situation de crise, les autorités aéroportuaires ont installé une centaine de lits d’appoint dans des salles de conférence afin de loger les personnes les plus vulnérables. Un repas chaud leur a été servi en soirée et des boissons ont été distribuées.
D’entente avec les autorités de la Ville de Genève, quelque 200 autres passagers ont été dirigés vers les abris de la Protection civile, spécialement ouverts pour l’occasion. La mise sur pied de ces structures d’accueil a pu s’opérer moins de trois heures après la fermeture des installations.

Physiquement sur place dans l’aérogare, au niveau arrivée, les personnels d’Accueil de l’AIG ont assuré des permanences jusque tard dans la soirée afin de renseigner les passagers sur l’évolution de la situation. Le standard de la direction de l’aéroport a répondu au téléphone à quelque 545 appels pour une durée totale de 7h45 de communications. Le site Internet a reçu 89'533 visites pour 310'070 pages vues (contre une moyenne journalière de 10'364 visiteurs et 42'555 pages vues).