Les aéroports suisses et les accords de Schengen


27.11.2008

Le 12 décembre prochain, il n'y aura plus de contrôles systématiques des personnes aux frontières terrestres de la Suisse, suite à l'entrée en vigueur de l'Accord d’association de la Suisse à l'espace Schengen que le peuple suisse a adopté en 2005. Cet accord prévoit la libre circulation des personnes dans les 24 pays de l'Espace Schengen.

En ce qui concerne les aéroports, ceux-ci constituent en fait pour la Suisse les seules frontières extérieures de l'espace Schengen. Les passagers en provenance ou à destination d'Etats ne faisant pas partie de l'espace Schengen doivent donc être soumis à un contrôle systématique des personnes. Ceux qui se déplacent à l'intérieur de l'espace Schengen sont exempts de contrôle de personnes. Les deux flux de passagers doivent donc être séparés.

Pour des questions pratiques, cette séparation des flux de passagers ne se fera, pour tous les aéroports suisses à trafic international, qu’à partir du 29 mars 2009, date où entrera en vigueur l'horaire aérien pour l'été 2009.

Les passagers doivent donc s'attendre, jusqu'à cette date, à être contrôlés au départ à l'arrivée comme c'est le cas jusqu'à présent pour tous les vols.

L'adaptation de l'AIG aux processus de Schengen a nécessité d'importants investissements, entièrement autofinancés, de l'ordre de 40 millions de francs.

D'autre part, il est important de rappeler que la Suisse n'étant pas membre de l'union douanière mise en place par l'Union européenne, qui prévoit la libre circulation des marchandises, les contrôles douaniers vont subsister aussi bien dans les aéroports que pour les accès terrestres.

Il est toutefois certain que pour 60% des passagers de l'AIG, ceux qui circulent à l'intérieur de l’espace Schengen, la suppression des contrôles d’arrivée et de départ présentera un confort supplémentaire.