Le mouvement féministe soutenu par la Directrice des ressources humaines


14.06.2019

« Je soutiens les revendications du mouvement féministe et je suis intimement convaincue que nous devons agir tous ensemble dans ce but. »

Jessica Silberman Dunant est à la tête des ressources humaines (RH) de Genève Aéroport depuis fin 2017. Elle travaille dans ce domaine depuis plus de 25 ans. Née aux États-Unis, en Suisse depuis l’âge de dix ans, elle a vécu dans des environnements culturels très divers: école secondaire et une partie de sa vie professionnelle en Suisse alémanique, études et majorité de son parcours professionnel en Suisse romande. Elle évoque le choc culturel ressenti en débarquant à Laufon, village de 3500 habitants en 1976: sa mère, femme active et universitaire, n’avait désormais plus le droit de travailler, faute de permis de travail ! Autre choc: le frigo, si petit par rapport aux frigidaires américains, imposant la nécessité de faire les courses tous les jours pour une famille de cinq.

Quel est votre relation au féminisme?

Lorsque j’étais jeune, cette étiquette me mettait mal à l’aise. J’ai grandi avec deux frères. Ma mère était progressiste, j’ai toujours trouvé naturel d’être traitée sur pied d’égalité. L’égalité des chances était nettement plus avancée aux États-Unis à l’époque. En arrivant en Suisse, nous avons eu l’impression de faire un pas en arrière. 40 ans plus tard, personnellement, je trouve que les choses n’ont toujours pas suffisamment évolué et j’ai envie de m’impliquer davantage, comme l’ont fait les femmes en 1991 pour ma génération.

En tant que femme et haut cadre, quelle est votre vision de la grève féministe?

Je me souviens de la grève de 1991: ce qui m’avait marquée, c’était la mobilisation et surtout cette ambiance festive. Il y avait une forme de solidarité joyeuse afin de marquer le coup. J’aimerais soutenir le mouvement cette année dans cet esprit. Je suis intimement convaincue que nous devons agir tous ensemble et ne pas favoriser un discours basé sur le clivage. Les collaborateurs de Genève Aéroport ont identifié la diversité comme l’une de nos huit valeurs et cette volonté d’inclure tout le monde: tous les genres, les jeunes et les moins jeunes, la variété des origines. Toute notre richesse humaine ressort également de la Charte de la diversité, signée par Genève Aéroport cette année.

Pensez-vous qu’être féministe constitue un atout dans une carrière?

Pas besoin d’étiquette, c’est plutôt une question de bon sens ; le respect de la diversité et de l’apport de la mixité dans des équipes améliore la performance et la tolérance des uns envers les autres.  Parfois, il faut des personnes engagées pour provoquer et faire avancer une cause comme les féministes le font.

À votre avis, la grève est-ce un outil adéquat pour faire progresser l’égalité?

Non, de façon générale, je ne suis pas en faveur de la grève, car cela est une preuve de fracture de la paix sociale et dans ma fonction de directrice RH, j’espère ne jamais en arriver là.  Je préfère être à l’écoute, dialoguer, et trouver des solutions ensemble. Devoir faire grève, pour moi cela signifierait un échec dans le cadre professionnel.

Quelles directives ont été données aux collaborateurs de Genève Aéroport?

Il nous importe avant tout de garantir la bonne marche des opérations pour les passagers. Cela assuré, les supérieurs hiérarchiques ont été invités à accorder un congé ou une récupération d’heures modulées aux personnes qui le souhaitent. 

Ferez-vous grève ce 14 juin?

Je prévois d’être présente à l’aéroport le 14 juin, car je pense pouvoir apporter davantage sur mon lieu de travail en allant vers les collaborateurs, et en thématisant le sujet avec eux. Peut-être que je rejoindrai le cortège en fin de journée pour marquer l’événement et me replonger dans mes souvenirs de 1991. Ceci dit, je respecte le choix de chacun le 14 juin et je nous encourage tous à agir dans notre entourage pour assurer une bonne répartition des tâches dans un respect mutuel.

Que se passera-t-il à Genève Aéroport le 14 juin?

Nous avons créé un badge s’inspirant d’un des Objectifs de développement durable de l’ONU, l’égalité des sexes, qui sera à disposition des collaboratrices et des collaborateurs qui pourront ainsi soutenir le mouvement. Une vidéo, réalisée par le Service communication, donne la parole à des collaboratrices et collaborateurs qui exprimeront leur vision de la grève. Et enfin, des visites informelles sont prévues. Avec le Directeur général, nous irons à la rencontre des collaborateurs de la plateforme pour les écouter, échanger. J’aimerais savoir ce que signifie pour eux l’égalité, débattre de ce qu’ils vivent au quotidien. Cela me paraît essentiel, car les actions que nous prévoyons mettre en place doivent répondre à des besoins existants.

Vous venez de signer la Charte de la diversité en mars dernier. Quelles sont les prochaines étapes ? Quelles actions sont prévues à moyen et à long terme?

Nous avons entamé les démarches afin qu’un organisme externe certifie Genève Aéroport en matière d’égalité salariale. Nous nous sommes aussi fixé l’objectif d’assurer la mixité dans toutes les équipes à l’horizon 2022 et d’augmenter constamment la part des femmes à tous les niveaux. Ce taux a déjà augmenté de 2,6% depuis 2014. Nous souhaitons aussi sensibiliser davantage et former les collaborateurs impliqués dans le recrutement, la formation et la gestion des carrières à ce sujet.

L’égalité femmes et hommes est également en lien avec la conciliation de la vie familiale et professionnelle. Dès lors, pourquoi n’y a-t-il toujours pas de crèche d’entreprise à Genève Aéroport?

La faisabilité a été étudiée et un projet aurait pu voir le jour en 2006, mais une crèche ne répondait pas aux besoins des entreprises aéroportuaires. Effectivement, je pense qu’il faut réfléchir à soutenir la garde des enfants avec des solutions plus adaptées à des personnes en horaires irréguliers (76% des employés), car elles ne souhaitent pas imposer les mêmes horaires à leurs enfants.

Réalisations de Genève Aéroport

  • Pas de discrimination à l’engagement

  • A compétences égales, préférence au sexe sous-représenté

  • Promotion de la mixité dans les équipes

  • Mise en application d’un règlement sur la protection de la personnalité datant de 2004, réactualisé en 2008 et en cours de révision actuellement.

Graphique sur la répartition hommes - femmes

Vidéo « Regards croisés »