L'exercice d’urgence Vacuum 2017 a rempli toutes ses missions


11.12.2017

Durant la nuit du 8 au 9 décembre 2017, un exercice grandeur nature s’est tenu dans l’enceinte de l’aéroport. Il visait à tester le plan d’urgence de l’aéroport ainsi que différents corps de métier directement impliqués dans les opérations de sûreté et de sécurité de la plateforme aéroportuaire.

L’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) demande à Genève Aéroport, dans le cadre de sa concession, de réaliser tous les deux ans un exercice à taille réelle pour tester les différents dispositifs en cas de situations dégradées. L’exercice de cette année s’est déroulé cette nuit et avait pour objectif d’éprouver plus particulièrement les domaines touchant à la sûreté des infrastructures et à la sécurité des passagers. Intitulé Vacuum 2017, il consistait à évacuer des passagers de la zone publique à la zone sécurisée de la manière la plus rapide possible, tout en respectant les procédures de sûreté établies pour de telles situations et en veillant à la sécurité des passagers et du personnel.

Au cours de cette nuit, le Terminal 1 et le tarmac de Genève Aéroport ont connu des heures intenses. Alors qu’une centaine de figurants, passagers d’un vol fictif à destination de Saint-Jacques de Compostelle, s’apprêtaient à passer la sûreté, un feu a été déclenché et les alarmes ont retenti dans la zone publique de l’aéroport. Cette situation a obligé les agents de la sûreté à organiser l’évacuation de la zone sécurisée du terminal sur le tarmac. Les événements se sont ensuite enchaînés, déclenchés par plusieurs feux à l’intérieur des bâtiments et sur le tarmac.

Les hommes du Service sauvetage et lutte contre les Incendies aéroportuaires (SSLIA) ont rapidement été dépêchés sur place et ont été impliqués à plusieurs endroits simultanément.

Tous les acteurs de cet exercice, que cela soit les collaborateurs de la plateforme ou la centaine de figurants également impliqués, ont réalisé avec succès leur mission. Les procédures mises en place dans les cellules d’urgence pour une telle situation ont ainsi pu être testées et vérifiées.
Les conclusions et les enseignements de l’exercice devront encore être évalués et analysés de manière détaillée dans les prochains mois auprès de l’OFAC et de Genève Aéroport.

 


Genève, le 9 décembre 2017
Mathilde.boillat@gva.ch, adjointe chef de presse, +41 79 773 18 01