Des résultats en hausse dans un contexte en constante évolution


27.03.2019

Genève Aéroport clôt l’exercice 2018 sur un bénéfice net de CHF 85,1 millions, en hausse de 7,9% par rapport à 2017 (CHF 78,9 millions). Le chiffre d’affaires s’établit à CHF 490,2 millions, en progression de 5,1% par rapport à 2017. Les investissements atteignent un niveau historique de CHF 151,3 millions et sont intégralement autofinancés.
 
La situation financière de l’entreprise est saine et démontre une bonne capacité de résilience aux évolutions du trafic, inférieures aux augmentations des années passées. Le chiffre d’affaires de CHF 490,2 millions, provenant des recettes aéronautiques (56%) et des produits non aéronautiques (44%) tels que les revenus des commerces, des parkings et les loyers, est en progression de 5,1%.
 
Les recettes aéronautiques augmentent de 6,1% pour s’établir à CHF 276,2 millions, notamment en raison de l’augmentation du nombre de passagers (+1,9%) et de la hausse de la redevance sûreté dès janvier 2018. La redevance bruit croît fortement, en raison de l’augmentation de la taxe bruit au 1er janvier 2018; elle est facturée à tous les avions de manière progressive par rapport à la classe de bruit (la plus chère pour les avions les plus bruyants). Les recettes non aéronautiques atteignent CHF 214 millions, en croissance de 3,9%, malgré les perturbations dues à la réalisation d’importants travaux dans la zone commerciale et une croissance modérée du nombre de passagers.
 
Genève Aéroport est ainsi parvenu à dégager un bénéfice net de CHF 85,1 millions, dont la moitié est versée à l’Etat de Genève. Pour rappel, en cinq ans, l’établissement public autonome a contribué aux caisses de l’Etat à hauteur de CHF 207 millions.
 
Le nombre de passagers a augmenté de 1,9% (17'677’035 passagers en 2018), tandis que le total des atterrissages et des décollages a reculé de 1,9% à 187'162 mouvements: le choix d’avions de plus grande taille et un meilleur taux de remplissage expliquent en partie ce phénomène. Quant à l’activité fret, elle poursuit sa tendance positive avec une augmentation de 7% en 2018 pour un volume de 95'270 tonnes (89'012 tonnes en 2017). Genève Aéroport emploie 1015 équivalents plein temps.
 
En 2018, Genève assurait des vols vers 148 destinations desservies par 57 compagnies aériennes. Les plus courues sont Londres, Paris et Amsterdam, suivies de Porto et Barcelone. En termes de parts de marché (nombre de passagers), les cinq premières places sont occupées par easyJet (45%), SWISS (11,8%), British Airways (4,9%), Air France (4,1%) et Lufthansa (3,8%). Pour ce qui est des vols long-courriers, les continents les plus prisés sont l’Asie et le Moyen-Orient, suivis de l’Amérique et de l’Afrique. L’ouverture de la ligne Ethiopian Airlines vers Addis Abeba en 2018 complète une desserte aérienne de bonne qualité qui assure la connectivité nécessaire à la prospérité de la région.
 
En point d’orgue: l’adoption de la fiche PSIA
L’année 2018 a été intense, avec en point d’orgue l’adoption par le Conseil fédéral de la fiche du premier Plan sectoriel de l’infrastructure aéronautique (PSIA) de Genève, le 14 novembre. Ce document fixe de manière contraignante le cadre général pour l’exploitation et le développement de la plateforme, notamment en matière de bruit et de protection de l’environnement.
 
La fiche PSIA donne en particulier un cadre déterminé pour le programme d’adaptation des infrastructures (flux de passagers, bagages et aéronefs). En ce sens, cela facilite la réalisation des investissements futurs et permet un développement maîtrisé de l’aéroport coordonné avec le plan directeur cantonal. Celle-ci fixe les heures d’ouverture. Il s’agira également de limiter les décollages en retard après 22 heures, de stabiliser puis de réduire l’impact bruit, de faire évoluer la desserte, l’accès en transports publics et l’infrastructure aéroportuaire. En vue d’atteindre la courbe cible, Genève Aéroport va ainsi miser sur trois axes spécifiques: le changement de flotte des compagnies (taxe bruit, incitations); la réduction des retards et le développement qualitatif de la plateforme.
 
En 2018, Genève Aéroport a organisé plus de cinquante rencontres avec les collectivités publiques, les associations et les entreprises de la région franco-valdo-genevoise pour les sensibiliser aux enjeux de la plateforme dans le cadre de l’entrée en vigueur de cette fiche PSIA et échanger sur son contenu. L’objectif est d’assurer en toute sécurité la mission de l’aéroport au service des intérêts nationaux et régionaux, une exploitation cohérente et un développement pérenne de l’aéroport, en limitant l’impact environnemental de la plateforme. A cet égard, la fiche représente une solution d’équilibre entre tous les intérêts en présence, assurant un développement du trafic aérien à Genève qui tient compte des impératifs du développement durable.
 
Enfin, Genève Aéroport vient de renouveler sa certification au niveau le plus élevé ACA3+ auprès du Conseil européen des aéroports (Airports Council International ACI). En 2018, 211 aéroports ont été certifiés, mais 37 seulement bénéficient du ACA3+ qui atteste de la neutralité carbone de l’infrastructure aéroportuaire.
 
Futur tri-bagages : un exemple de la complexité des travaux sur la plateforme
Les investissements s’élevant à CHF 151,3 millions ont crû de 20,8% contre CHF 125,2 millions en 2017 et constituent un record historique. La construction de l’exosquelette de l’Aile Est, les travaux de construction du Bassin du Vengeron, qui retient les eaux de ruissellement d’une partie du tarmac, le T1 Boosted, premier pas vers le déploiement de machines de sûreté 3D ces prochaines années font partie des quelque 260 projets d’infrastructure qui ont été menés en 2018. Nouveau chantier majeur, le Baggage Logistics Center (BLC), qui vise à remplacer le tri-bagages actuel, se concrétise. Ce projet sera réalisé par Genève Aéroport tout en maintenant l’exploitation et sera mis en service en 2022.

Le rapport annuel 2018 est disponible online.

Contact presse: Madeleine von Holzen, porte-parole

Rapport de développement durable

2019

Rapport de développement durable

COVID-19

Les réponses à vos questions fréquentes concernant le Coronavirus & Genève Aéroport.

COVID-19

Vols à Genève

L'aéroport a repris son activité au cours des derniers mois et continue d’œuvrer pour un réseau aérien de qualité.

Vols à Genève

Label «Entreprise formatrice»

Genève Aéroport s'engage en faveur de la formation des apprentis.

Label «Entreprise formatrice»

Livre anniversaire

«100 ans Genève Aéroport», livre en vente sur notre gva.boutique.

Livre anniversaire