Turbulences de sillage: fin de l’exception genevoise


28.03.2013

Les procédures de contrôle de la circulation aérienne à Genève Aéroport seront modifiées au 30 octobre 2013. L’application des dispositions relatives aux turbulences de sillage aura un impact sur la capacité disponible pour l’aviation légère à Genève et pour les hélicoptères.

Genève Aéroport, gestionnaire de la plate-forme aéroportuaire, et son partenaire Skyguide, chargé du contrôle de la circulation aérienne, ont rencontré ce jour les usagers de la plate-forme aéroportuaire en présence de représentants de l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) afin de les informer plus en détail de la modification des procédures de contrôle de la circulation aérienne qui entreront en vigueur au 30 octobre 2013.

Pour rappel, l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) a pris la décision, en juin 2012, et au terme d’une consultation des acteurs concernés débutée en 2005, de faire appliquer strictement à Genève Aéroport les procédures internationales en termes de turbulences de sillage.

Les turbulences de sillage sont des turbulences aérodynamiques qui se forment derrière un aéronef. Elles sont tout à la fois générées par les flux d’air expulsés par les réacteurs et par le tourbillon qui se crée aux extrémités des ailes et sur leur surface supérieure. Ces turbulences de sillage rendent la masse d’air instable et peuvent être dangereuses pour les aéronefs qui les pénètrent. La sécurité commande ainsi de respecter un certain temps entre deux mouvements sur une même piste. Les turbulences de sillage étant appelées à se déplacer, notamment sous l’effet du vent, une distance de 760 mètres est requise entre les axes médians de deux pistes parallèles exploitées de manière indépendante. La distance entre la piste en béton de Genève Aéroport et sa piste en herbe étant de 250 mètres, les mouvements sur les deux pistes doivent être étroitement coordonnés. La nouvelle procédure prévoit d’appliquer les mêmes espacements dans le temps entre deux appareils faisant mouvement sur les deux pistes, comme s’ils utilisaient la même.

Cette modification des procédures de contrôle de la circulation aérienne prendra effet au 30 octobre 2013*. Conformément aux règles appliquées sur les aéroports internationaux suisses, priorité a été donnée à l’aviation commerciale, avec pour incidence de limiter la capacité de mouvements pour l’aviation légère. Cette nouvelle procédure aura également un impact sur les vols d’hélicoptères. Les plages horaires encore disponibles pour l’aviation légère ont été communiquées aux usagers.
 
La décision de l’OFAC, dictée par l’évolution de la législation fédérale, est devenue inéluctable compte tenu de l’évolution constante du trafic aérien à Genève. L’application des dispositions relatives aux turbulences de sillage s’inscrit dans la volonté exprimée au niveau fédéral d’imposer un niveau de sécurité optimal sur les plates-formes aéroportuaires suisses.


*En l’état, la décision de l’OFAC fait l’objet de recours auprès du Tribunal administratif fédéral, recours qui n’ont toutefois pas d’effet suspensif.