Genève Aéroport réceptionne un prototype de véhicule 'Swiss made'


01.02.2012

En partenariat avec le groupe Catecar*, Genève Aéroport participe au développement d’un véhicule léger, peu polluant et bon marché intégrant diverses technologies de pointe développées par des universités et centres de recherche. Après ses premiers tours de roue sur les tarmacs, le «Swiss Green High Tech Urban Vehicle» pourrait à terme répondre à des besoins en termes de mobilité urbaine et suburbaine

Mardi 31 janvier 2012, à 11h00, le groupe Catecar a officiellement remis aux autorités de Genève Aéroport le premier prototype d’un véhicule urbain innovant appelé à fonctionner avec peu de batteries (35 kg), un toit solaire de dernière génération et un prolongateur d’autonomie (range extender) consommant environ un litre aux cent kilomètres.

Les tests menés sur le tarmac genevois grâce à ce premier véhicule devraient permettre la livraison, d’ici avril 2012, d’un second prototype intégrant de nouvelles spécificités. Ainsi la cabine sera-t-elle réalisée en végétal, grâce à une technologie suisse  qui a permis l’avènement d’un matériau offrant une résistance aux chocs supérieure à tout autre matériau composite.

Le groupe Catecar prévoit de lancer la construction d’une première série de 200 véhicules à destination exclusive des aéroports dès la mi-mai.

De faible dimension (3 mètres de longueur, 1,50 mètre de largeur et 1,45 mètre de hauteur), pour un poids modique (environ 300 kilogrammes), ce véhicule devra rester financièrement abordable (moins de 20'000 francs). Avec une autonomie d’au moins 500 kilomètres, cette voiture pourrait potentiellement trouver sa place dans le trafic au-delà des frontières aéroportuaires pour répondre aux besoins de la mobilité urbaine et para-urbaine (soit 80% des besoins en termes de déplacement automobiles), sans pollution ni effet de serre.

L’homologation de ce «Swiss Green High Tech Urban Vehicle» en Suisse pourrait intervenir à la fin de l’année 2012. La vente grand public de cette voiture pourrait alors intervenir dès 2013, avec une production industrielle en Suisse, possiblement installé à Reconvilier (BE). L’étape suivante consisterait à obtenir une homologation européenne.

Les autorités aéroportuaires sont heureuses de pouvoir participer à cette aventure scientifico-industrielle en mettant à disposition de l’entreprise Catecar, pour ses essais, le terrain d’expérimentation privilégié que représente l’enceinte aéroportuaire.
Cette démarche s’inscrit dans la logique de la politique environnementale développée par Genève Aéroport au titre du respect des différentes lois sur l’air, sur l’eau, sur les sols ou sur le bruit, ainsi que de sa volonté de limiter l’empreinte de cette plate-forme industrielle sur l’environnement.

*Catecar est groupe de deux sociétés, Catecar SA et Catecar Industries SA, créé en août 2008.
www.catecar.ch

Pour information, Genève Aéroport a récemment obtenu le niveau 3 (sur 4) de l’accréditation carbone des aéroports. Ce programme comprend plusieurs niveaux d'accréditation. Le niveau 1 (cartographie) exige de l’aéroport qu’il détermine son empreinte carbone, c’est-à-dire que les sources d’émissions soient identifiées et les émissions annuels de gaz à effet de serre calculées. Au niveau 2 (réduction), l’aéroport doit en plus fixer et atteindre un objectif de réduction des émissions. Afin d’obtenir le niveau 3, l’aéroport devait inclure dans son empreinte carbone les émissions liées aux avions (atterrissage et décollage), au trafic induit (passagers et employés) ainsi qu’aux voyages professionnels et inciter les autres acteurs de l’aéroport à mettre en place des mesures de réduction. C’est ce niveau-là qui a été atteint. Cette accréditation récompense les mesures mises en place depuis des années afin de limiter les émissions de gaz à effet de serre liées à ses activités. Au titre de ces initiatives, notons l’installation de systèmes de fourniture d’énergie aux avions en stationnement, l’installation de toits solaires, le renouvellement de certaines installations techniques, l’acquisition de véhicules éco-compatibles et la promotion de la mobilité durable.

Par ailleurs, la Fondation Nature & Economie, qui s’est donné pour but de favoriser la biodiversité et d’amener davantage de couleurs sur le site des entreprises, a tout récemment décerné une certification au gestionnaire de la plate-forme. Récompensé notamment pour la gestion de ses prairies, Genève Aéroport obtient ainsi le label de cette fondation. (www.natureeteconomie.ch)