AIG: Stratégie aéroportuaire innovatrice


30.04.2006

L’Aéroport International de Genève (AIG) communique:

L’AIG ouvre une voie nouvelle en envisageant une segmentation de son offre aéroportuaire sous forme de deux aérogares distinctes reflétant l’évolution profonde du marché de l’aviation. Dans sa séance du 12 décembre 2003, le conseil d’administration de l’AIG a donné son feu vert à l’étude approfondie de cette nouvelle orientation stratégique dont l’objectif est de renforcer l’attractivité de Genève et de sa région.

La mission d’adaptation de l’AIG
Soucieux de remplir sa mission au service du public, et de servir les intérêts des diverses communautés composant le tissu économique et social de sa zone de chalandise (multinationales et PME, Genève internationale, trafic ethnique, grand public…), l’AIG a pour objectif de rechercher des solutions permettant aux différentes formes d’aviation de s’exprimer le mieux possible afin de répondre aux attentes du marché et de renforcer l’attractivité de Genève et de sa région.

Il convient de rappeler que l’AIG perçoit environ la moitié des ses recettes des diverses redevances aéronautiques dont les principales sont la redevance d’atterrissage (qui n’est pas concernée par le présent projet, l’utilisation de la piste faisant l’objet d’une facturation identique pour toutes les compagnies aériennes) et la redevance de passager. Cette dernière, comme son nom l’indique, est payée par le passager et n’est pas à la charge des compagnies aériennes, qui collectent cette redevance pour le compte des aéroports. La mention apparaît sur les billets d’avions dans une rubrique distincte en sus du prix du transport aérien. Actuellement, à l’AIG, cette redevance, qui couvre l’utilisation des installations aéroportuaires terminales ainsi que les frais de contrôle de sûreté, s’élève à CHF 19, soit un niveau tarifaire très compétitif au plan européen.

Deux aérogares offrant des prestations différenciées au sein de l’aéroport
Concrètement il s’agirait de remettre en service d’ici deux ans, soit fin 2005, l’ancienne aérogare, construite en 1948, pour proposer des services simplifiés en offrant des prestations au sol minimalistes à un coût pour l’AIG inférieur à celui de l’aérogare principale. En conséquence l’utilisateur, à savoir le passager, bénéficierait d’une redevance de passager réduite.

Le choix serait offert, sous réserve des limites de capacité physique des installations aéroportuaires, à toutes compagnies de traiter leurs vols dans l’une ou l’autre des deux aérogares selon leur approche du marché et le niveau de prestations offert au passager (cohérence entre le produit aéroportuaire et les prestations et services de la compagnie en amont et en aval).

Une démarche innovante restant à valider
L’AIG entreprend une démarche novatrice dans le secteur aéroportuaire. Comme toute approche nouvelle, elle suscite des interrogations et inquiétudes auxquelles il convient d’apporter des réponses dans le cadre d’une large information et d’une consultation de l’ensemble des compagnies aériennes et des passagers.

Il s’agit d’un projet d’envergure dont la faisabilité technique, économique et juridique reste à valider. Le conseil d’administration se prononcera en temps voulu sur ces points avant de confirmer la mise en œuvre de cette stratégie.

L’AIG au service de toutes les compagnies
L’AIG est un établissement public exploité selon les règles d’une entreprise commerciale. A ce titre il ne bénéficie d’aucune subvention publique et supporte la totalité de ses dépenses de fonctionnement et d’investissement grâce à ses recettes aéronautiques et commerciales propres. La moitié de ses bénéfices est en outre rétrocédée à l’Etat. En vertu de sa mission de service public, l’AIG est particulièrement attaché au principe d’égalité de traitement des compagnies aériennes et de non discrimination. Il respecte par ailleurs scrupuleusement les directives et réglementations de l’aviation civile, notamment au plan tarifaire, suisses et internationales ainsi qu'en matière de transparence et de consultation.

La nouvelle approche envisagée s’inscrit pleinement dans cette démarche et ne pourra aboutir que dans le respect de l’ensemble des règles en vigueur.

L’AIG n’entend pas privilégier un concept d’aviation par rapport à un autre, étant convaincu de leur complémentarité et considère que sa mission consiste à servir équitablement toutes les compagnies aériennes, qui par leur diversité et leur dynamisme contribuent à la richesse et à l’efficacité du réseau aérien reliant Genève et sa région au reste du monde.