À Genève Aéroport, on recycle même les gravats


31.05.2019

Unfortunately this content is currently not available in English. We offer it in French.

Le parking pour avions P48 a accueilli il y a quelques jours ses premiers aéronefs après onze mois de travaux. 6000m3 de matériaux ont été revalorisés dans le cadre de sa remise en état. Un exemple bien concret de chantier durable à Genève Aéroport. 

Tout se recycle, rien ne se perd. Même sur les chantiers! À l’aéroport de Genève, chaque projet fait l’objet d’un suivi environnemental détaillé. Objectif: garantir une protection des sols, de l’air et des eaux, tout en limitant la production de déchets. Mission accomplie pour le chantier du P48, situé près du tunnel de Ferney-Voltaire. « Réhabiliter un espace de 45'000 m2 en onze mois, c’était un défi. Atteindre en plus des objectifs environnementaux, c’est une vraie satisfaction », se réjouit Michaël Guidon, chef de projets ingénieur en génie civil à l’Aéroport de Genève. 

L’objectif de ce chantier d’un coût total de 12 millions de francs était de remettre en état le revêtement fragilisé et usé de cette zone de stationnement. D’imposantes machines sont donc venues gratter le bitume et les graves du parking. Mais au lieu de jeter tous ces matériaux, ils ont été concassés et réutilisés sur place. « Une partie a été replacée au même endroit, constituant ainsi une « sous-couche » au bitume actuel. Une autre a servi, notamment, à refaire la route de service de l’aéroport », explique Michaël Guidon. Les bénéfices environnementaux sont multiples: le transport lié à l’évacuation des vieux matériaux est évité, de même que l’acheminement des produits neufs. Du béton recyclé a par ailleurs été utilisé pour enrober les canalisations souterraines du site. 

Préserver les orchidées

Autre aspect durable de ce chantier d’envergure, toute la terre végétale dégagée lors des travaux, soit 1200m3, a été réutilisée sur place ou ailleurs sur la plateforme. Il faut savoir que la zone aéroportuaire est le plus grand « site prioritaire flore » du canton de Genève grâce aux nombreuses espères rares qui poussent dans ses prairies. « Les graines des plantes rares ont été au préalable mises de côté pour conservation.  Une quarantaine d’orchidées sauvages ont été replantées dans une zone dédiée de l’aéroport », détaille Sophie Meisser, responsable environnement. 

Enfin, des luminaires LED ont été installés sur ce parking géant. Moins énergivores, ils permettent un éclairage plus efficace tout en diminuant la pollution lumineuse engendrée.