L'AIG en 2000: une fin de siècle record


02.04.2006

Die gewünschte Seite ist nicht auf Deutsch übersetzt.

La direction de l'Aéroport International de Genève communique :

En présentant à la presse, ce jeudi 31 mai 2001, le Rapport annuel pour l’an 2000 de l’Aéroport International de Genève (AIG), Messieurs Carlo Lamprecht, président du Conseil d’Etat et président du Conseil d’administration, et Jean-Pierre Jobin, directeur général, ont souligné que l’AIG avait terminé le vingtième siècle sous le signe des records.

Record du nombre de passagers

En accueillant 7’826303 passagers, l’Aéroport International de Genève a enregistré en 2000 une fréquentation record, avec une hausse de 11,5% par rapport au trafic de 1999, où l’on avait franchi pour la première fois la barre des 7 millions de passagers. Cette croissance, largement supérieure à la moyenne des autres aéroports européens (7,9%), est obtenue avec un nombre de mouvements (décollages et atterrissages) en progression moins rapide (7,2%), ce qui traduit un taux moyen de remplissage des avions en hausse.
Pour expliquer ce résultat exceptionnel, on peut relever la bonne santé de l’économie en Suisse et dans toute l’Europe, mais aussi la part croissante prise par la compagnie easyJet Switzerland. Avec plus d’un million de passagers en 2000 (1'069'644), celle-ci détient désormais la deuxième part de marché à l’AIG, derrière Swissair (26,8%), et devant British Airways (9,1%), Air France (7,7%), Lufthansa (6,8%) et Crossair (5,7%).
En ce qui concerne les destinations, Londres demeure au premier rang avec 1'444'000 passagers, devant Zurich (913'000), Paris (734'000), Francfort (322'000) et Bruxelles (266'000).

Bénéfice record

Cette forte augmentation du trafic passagers s’est naturellement traduite par une croissance proportionnelle des recettes aéronautiques et commerciales. Grâce à une bonne maîtrise de ses dépenses de fonctionnement, en légère baisse, et en l’absence de charges extraordinaires en 2000, l’Aéroport International de Genève réalise un bénéfice net de CHF 42,4 millions, ce qui constitue un record absolu. Rappelons que la moitié de ce bénéfice est versé à l’Etat de Genève.

Poursuite des travaux d’adaptation

L’année 2000 a été marquée par la mise en service, le mardi 20 juin, de l’aile ouest, première étape du plan d’adaptation adopté en mars 1995 par le Conseil d’administration de l’AIG. Une “ journée découverte ” organisée le samedi 17 juin avait permis à la population de visiter ces nouvelles salles d’embarquement devant lesquelles cinq avions peuvent venir stationner, reliés par des passerelles vitrées. En novembre, le Bâtiment des opérations qui lui est contigu a également été mis en service. Un mois plus tard, c’était au tour du bâtiment de liaison, doté d’une position d’avion supplémentaire, de devenir opérationnel. Et quelques semaines plus tard, débutaient les travaux de construction des nouvelles salles d’embarquement frontales (NSEF), qui vont s’échelonner jusqu’en 2004, mais dont la plus grande partie sera prête pour TELECOM 2003. Ainsi, l’Aéroport International de Genève continue sa “ mise à niveau ” pour faire face quantitativement et qualitativement à l’évolution du trafic passagers.