1998, l'année de la reprise


18.05.1999

Die gewünschte Seite ist nicht auf Deutsch übersetzt.

Une année de forte reprise: c’est ainsi que l’on peut résumer 1998 pour l’Aéroport International de Genève, tant sur le plan de l’activité aérienne que sur celui des résultats financiers.

Le trafic aérien, tout d’abord. L’année 1997 avait été celle d’une certaine stagnation, 1998 a enregistré une hausse de 5,1% du trafic total des passagers par rapport à 1997, établissant avec 6'490'968 passagers un nouveau record absolu – le précédent datait de 1995 avec 6'266'911. A noter que pour les passagers de lignes et charters, le résultat est en hausse encore plus élevée, avec 5,3% par rapport à 1997, ce qui constitue avec 6'439'709 également un nouveau record – 6’ 226'188 en 1995.

Il est intéressant de noter que cette augmentation s’est produite alors que le nombre des mouvements (un mouvement égale un décollage ou un atterrissage) a progressé de manière plus modérée, soit +1,4% par rapport à 1997, pour s’établir à 151'516. Cela signifie un accroissement du taux moyen d’occupation des avions.

Résultats financiers records

L’année 1998 s’est traduite par des résultats financiers excellents. Le compte d’exploitation fait ressortir en effet un bénéfice net supérieur à 18 millions de francs. C’est la forte croissance des recettes, tant aéronautiques que commerciales qui peut expliquer la forte progression de ce bénéfice net (7 millions en 1997), mais aussi une maîtrise renforcée des charges.

En ce qui concerne la progression des recettes commerciales, elle traduit bien la volonté de la Direction de l’AIG de faire de l’Aéroport et de la galerie marchande de la gare CFF de Genève-Aéroport un véritable centre commercial, en partenariat très actif avec tous les concessionnaires présents sur le site.

Libéralisation accrue

L’année 1998 a également été marquée par l’entrée en vigueur, le 15 novembre, de la révision de la loi sur l’aviation. Il s’agit d’un pas important vers la libéralisation complète du transport aérien en Suisse. Cette nouvelle orientation, estiment les responsables de l’AIG ouvre d’incontestables nouvelles perspectives aux compagnies aériennes – suisses ou étrangères – désireuses d’opérer à Genève ou d’y renforcer leur présence.